Electromobilité : façonner durablement la transformation du secteur des transports

Les personnes deviennent de plus en plus mobiles au niveau mondial. Une tendance qui ne présente pas seulement des défis considérables pour les acteurs du transport, mais qui représente aussi une forte contribution au changement climatique.

Comment façonnons-nous la mobilité durable et conviviale du futur ? Annika Kunze, chef de produit dans l’e-mobilité et solutions énergétiques pour supermarchés chez coneva, la filiale de SMA, présente sa vision et ses prévisions.

Le secteur des transports contribue fortement au changement climatique. Comment peut-on transformer le secteur pour qu’il devienne plus durable ?

Annika Kunze est chef de produit dans le domaine de l’électromobilité et des solutions énergétiques pour supermarchés chez coneva

Le secteur des transports est responsable de presque 20% de l’ensemble des émissions de CO2. Par conséquent, il faut agir rapidement. Pour éviter les charges qui pèsent sur l’environnement causées par une mobilité toujours croissante, nous devons nous concentrer davantage sur la décarbonisation. Nous devons créer des solutions de mobilité durables et intégrées pour différents types de transports de passagers et de marchandises comme les transports routier et ferroviaire, les transports aérien et maritime.

La transformation du secteur des transports peut être réalisée si des concepts de mobilité écoénergétique associés à des solutions d’énergie durable fondées sur les énergies renouvelables peuvent être proposés à chacun de manière centralisée, sur mesure et économiquement réalisable. Pour cela, toutes les parties prenantes des domaines économique et politique – à tous les niveaux – ainsi que de la société dans son ensemble, devraient agir ensemble et prendre leur responsabilité. Pour éviter tout retour en arrière, les conditions réglementaires nécessaires doivent être créées dans l’intérêt des clients finaux et des fournisseurs de solutions.

Quel rôle joue l’électromobilité dans le cadre de l’interconnexion des secteurs ?

La création d’une infrastructure de charge pour véhicules électriques entraine une plus grande mise à contribution du réseau électrique. En outre, l’électricité est de plus en plus générée par des sources d’énergie régénératives. Cela représente plusieurs défis. Ces défis incluent une production fluctuante provenant du soleil et du vent ou bien des pics de charge lors de la consommation dans le réseau de distribution, lorsque de nombreux véhicules électriques sont chargés en même temps le soir. Ici, il est important de lier l’offre et la demande de manière durable et économique.

Lier un système photovoltaïque pour générer de l’énergie verte avec une batterie de voiture utilisée comme tampon peut contribuer à alléger la charge sur le réseau. En contrôlant intelligemment les processus de charge et en les rendant plus flexibles, l’électricité disponible peut également être utilisée de manière optimale, il est possible de réduire les coûts et d’alléger davantage la charge sur le réseau électrique. La mise en réseau avec d’autres secteurs de l’énergie, tels que le chauffage et le refroidissement, peut également jouer un rôle direct ou indirect dans l’approvisionnement pour les voitures électriques. Cela affecte également la tarification de l’électricité. Les questions importantes sont les suivantes: la mobilité devrait-elle être la priorité ou est-il plus important d’utiliser de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables ?

Chez coneva, nous travaillons actuellement sur des solutions permettant cette mise en réseau intelligente. Sur la base de la plateforme IoT de gestion de l’énergie ennexOS de SMA, nous développons des services de contrôle de la gestion de la charge afin d’optimiser la consommation via des systèmes de production d’énergie décentralisés et durables, et de rendre cette énergie utilisable également pour l’électromobilité.

Partenariat pour la mobilité durable : Audi et SMA garantissent que les conducteurs de l’e-tron peuvent charger leur voiture électrique chez eux de manière économique – idéalement avec de l’énergie générée par leur propre installation photovoltaïque.

S’appuyant sur les normes EEBUS, SMA et Audi travaillent actuellement à la mise en réseau intelligente de véhicules avec des systèmes de gestion de l’énergie domestique afin de permettre une charge optimisée en termes de coûts avec de l’électricité photovoltaïque durable et en utilisant des tarifs d’électricité variables. Grâce à cela, la batterie peut être alimentée en électricité lorsque le prix est particulièrement bas.

Comment chaque individu peut-il contribuer à la mobilité durable aujourd’hui ?

Des études montrent que les transports privés, par exemple les déplacements quotidiens pour se rendre au travail, constituent la majeure partie du volume de trafic. C’est quelque chose que nous devons repenser. Chacun de nous devrait laisser la voiture à la maison plus souvent et utiliser des options de mobilité plus durables, telles que le covoiturage et les transports en commun, qui sont également de plus en plus électrifiés. De nombreuses villes ouvrent déjà la voie. Bien entendu, en dehors des villes, les offres adaptées font souvent encore défaut.

Gestion de l’énergie intelligente : Utiliser l’électricité de sa propre installation photovoltaïque et charger son véhicule électrique gratuitement.

En principe, tout le monde devrait trouver la meilleure solution basée sur la durabilité pour ses besoins individuels, par exemple, l’électromobilité, le cas échéant, également associée à un système énergétique décentralisé tel que le photovoltaïque, pour produire de l’électricité.

Chez coneva, nous développons des solutions qui favorisent l’autoconsommation tout en intégrant la mobilité pour les clients privés et commerciaux. Par exemple, à l’avenir, les utilisateurs pourront recevoir des consultations de nos partenaires, les services publics municipaux. Nous aidons les supermarchés et autres entreprises commerciales à analyser, mettre en œuvre et exploiter des systèmes énergétiques intelligents et décentralisés, associés à une infrastructure de charge appropriée.

Quels sont les projets qui ont déjà été réalisés avec succès ?

Il y a déjà eu plusieurs projets et initiatives réussis. L’électrification des transports en commun et d’autres moyens de transport a été lancée dans les grandes villes, telles que Hambourg et Munich. En outre, rien qu’à Munich, il est prévu de créer 550 stations de recharge pour véhicules électriques d’ici la fin de l’année prochaine, ainsi qu’une subvention pouvant atteindre 1 000 euros pour les acheteurs d’un vélo électrique. Les entreprises réorganisent également leurs flottes commerciales pour inclure de plus en plus de voitures et de fourgonnettes électriques. Ici, Deutsche Post a ouvert la voie. Un autre domaine important concerne les solutions à l’échelle du district, pour lesquelles des systèmes énergétiques liés à l’électromobilité sont utilisés dans les zones résidentielles. Par exemple, un projet de ce type a été lancé à Cologne, en Allemagne.

Pour notre part, chez coneva, nous avons lancé un projet pilote en collaboration avec Danfoss afin de relier divers secteurs de l’énergie pour un supermarché à Oldenburg. Les systèmes photovoltaïques, les systèmes de stockage sur batterie, les systèmes de refroidissement et l’infrastructure de charge sont reliés entre eux via une gestion intelligente de la charge, qui optimise l’utilisation d’électricité durable et générée, évite les pointes de charge coûteuses et réduit les coûts énergétiques.

Quelles sont les tendances technologiques actuelles les plus importantes ?

Recharger avec le soleil : recharger les batteries par une mise en réseau intelligente.

À mon avis, la connectivité, l’électromobilité et la conduite autonome sont des domaines essentiels. Tout ce qui concerne l’approvisionnement durable en énergie s’applique également à la mobilité : les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle relieront de plus en plus les villes en réseau et continueront d’optimiser le comportement et la logistique de la mobilité, notamment en améliorant l’analyse et le contrôle des flux de transport. Il reste encore des obstacles à surmonter pour conduire des voitures de manière autonome, mais la tendance à utiliser des taxis partagés électriques et autonomes continue de progresser.

Au cours des prochaines années, la mobilité électrique sera davantage axée sur les batteries, que ce soit comme dispositif de stockage fixe, comme dispositif de stockage mobile ou comme moteur électrique. La mise en réseau des véhicules revêtira également une importance particulière. Ici, la voiture fonctionne comme un dispositif de stockage et transmet l’électricité au réseau. De plus, les applications en réseau permettent de gagner du temps et de l’argent en utilisant les options de mobilité.

A quoi ressemblera notre mobilité dans 10 ans ?

Le comportement en matière de mobilité changera de manière durable dans les années à venir. Le transport de passagers n’impliquera plus la propriété d’une voiture en tant que symbole de statut mais signifiera plutôt l’accès à des services de mobilité durables et basés sur les besoins. Le trafic sera numérique, en réseau et électrifié et reposera sur des offres de covoiturage. Les premiers véhicules et minibus à conduite autonome vont apparaître dans les villes. Cela soutiendra le développement de transports en commun individualisés. Le smartphone et les applications en réseau offriront un accès à la mobilité et à la transparence des modèles de prix. Le trafic combiné, par exemple aller à la gare à vélo et à partir de là avec les transports en commun, deviendra plus banal. Le transport des piétons et des cyclistes bénéficiera de rues sans voitures et d’infrastructures améliorées, telles que des parkings pour vélos.

Et puis, bien sûr, nous verrons également les premiers taxis aériens et les premiers drones de transport, tels que ceux qui sont actuellement testés dans des projets pilotes au Moyen-Orient. Les nouvelles options de mobilité proposées par les employeurs, telles qu’un budget de mobilité plutôt que des voitures de fonction, peuvent également contribuer de manière significative à la modification du trafic en heure de pointe dans les villes. Enfin, les options de mobilité électrifiées pourront alors obtenir de l’électricité à partir de systèmes énergétiques décentralisés en réseau.

 

Annika Kunze est responsable produit et marketing chez coneva, spécialisée dans les solutions intersectorielles. Annika a acquis son expertise dans les solutions de mobilité électrique et de recharge au sein du groupe BMW, où elle a notamment participé au lancement sur le marché mondial. Elle a également travaillé comme consultante interne pour E.ON Corporation et possède une expérience des modèles commerciaux numériques.

 

Electromobilité : façonner durablement la transformation du secteur des transports
5 (100%) 1 vote

1 réponse
  1. Cyrille Gerson dit :

    Salut nous avons une installation photovoltaïque en site isolé avec un onduleur sunny Island s.i 2224 et un sunny boy 3800.mais sunny boy indique toujours Uac brf .je demande de l’aide .

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>